Archives du blog

Avant de te rejoindre : Epilogue

  • Maman, Papa, j’aimerais vous présenter quelqu’un…

Lire la suite

Avant de te rejoindre : Chap 13 – Mort

 

Une larme coule le long de ma joue, je me sens partir. Mes paupières se ferment alors je te regarde une dernière fois avant de te rejoindre.

Lire la suite

Avant de te rejoindre : Chap 12 – Relation

Quelques semaines plus tard, je me sentais plus à l’aise. Je souriais plus. Jung faisait attention à ce que je suive les horaires de la maison, que je garde du temps pour travailler, que tout se passe pour le mieux pour moi. Bizarrement, mon père était moins violent. Il semblait fatigué, épuisé psychologiquement. Sûrement à cause de la mort de son père. Je ne sais pas ce que j’aurais fait s’il était parti avant moi. Sous son masque de bourreau, il reste mon père. Malgré la mort de Maman, il n’a jamais affirmé que je ne fusse pas sa fille. Il aurait pu me renier, me rejeter, mais non. Il aurait pu énoncer le fait que nous n’étions pas liés par le sang. Mais il ne l’a jamais fait non plus. Ma vie était donc plus douce, plus confortable. Jung n’avait plus reparlé de mes bleus ou de ma mère. Il se contentait de me rendre la vie plus agréable. J’avais retrouvé un minimum de joie de vivre.

Lire la suite

Avant de te rejoindre : Chap 11 – T-shirt

 

Jim et Tae discutaient, Nam et les deux frères faisaient un jeu alcoolisé et moi, j’étais assise à côté des gars, dans le canap’, à siroter mon énième cocktail de big Jung, la tête complètement ailleurs. Hyuna en profita pour se jeter littéralement sur moi, me faisant renverser un peu de ma boisson sur mon haut. Lire la suite

Avant de te rejoindre : Chap 10 – Papillon

 

J’étais seule, mon père étant parti le matin même. Je rentrais tout juste des cours. La lourde ambiance créée par mon père dans la maison avait disparu, laissant comme un énorme vide derrière elle. En effet, la maison était comme morte, sans vie. Ma mère n’était plus là depuis longtemps mais rien n’avait changé depuis. La décoration était la même, mon père ne voulant rien changer. C’était comme si le temps s’était arrêté. Nous restions coincés dans cette journée funèbre. Finalement, sans la présence de mon père, je me sentais encore plus oppressée dans cette maison. Lire la suite