Happy…? : Chapitre 10 – Mariage

Jeon JeongGuk

    Aujourd’hui, le professeur a décidé de finir son cours cinq minutes plus tôt. Du coup, je me mets vite à ranger mes affaires pour essayer d’arriver avant TaeHyeong et JiMin pour une fois. A chaque fois, ils sont déjà devant le portail lorsque je sors. D’ailleurs, ils viennent presque tous les jours. C’est vraiment gentil de leur part. Ça me fait plaisir… Ils ne m’ont pas laissé, ils ont accepté le fait que je ne puisse pas sortir. D’ailleurs, ils n’ont pas fait que l’accepter, ils se sont même adaptés. Je me sens bien avec eux, ils ne m’en demandent pas trop, ils profitent juste du moment présent.

    Je me tourne vers HoSu. Depuis le SMS, elle ne me parle presque plus. Lorsque je lui dis bonjour, elle ne me répond pas. Lorsque je lui dis au revoir non plus. Là, elle a le regard dans le vide. Elle n’a pas rangé ses affaires, j’ai l’impression qu’elle n’est plus aussi attentive qu’avant, en cours. Elle a l’air préoccupée. Le problème est qu’elle semble éviter toute conversation avec moi. Du coup, je n’ose plus lui demander quoi que ce soit. Mais je suis triste. A la base, c’est grâce à elle que j’ai pu rencontrer TaeHyeong et JiMin. C’est grâce à elle que mon monde s’est un peu agrandi. J’aimerais pouvoir faire quelque chose pour elle mais je ne sais absolument pas quoi faire. J’essaie de l’appeler pour la faire sortir de ses pensées et surtout pour pouvoir passer pour sortir.

« HoSu ? »

    Pas de réponse. Comme si elle était hypnotisée par son cahier. Elle a le regard vide. J’ai beau réessayer de l’appeler, elle ne réagit pas. Je me décide donc à lui tapoter l’épaule. Elle sursaute et me lance un regard à la fois surpris et paniqué.

« Ne me touche pas ! »

    Je suis choqué. Elle lance un regard furtif vers le fond de la salle puis se met à trembler. Mais qu’est ce qui lui arrive ?

« HoSu… Ça va ?
— Ne me parle pas… s’il te plait…
— Mais pourquoi ?
— Parce que ! Laisse-moi tranquille !
— HoSu… Tu trembles… Tu es sûre que ça va ?
— Mais laisse-moi !!! Et pourquoi tu me parles ? Qu’est-ce que tu me veux ? Mêle-toi de ce qui te regarde ! »

    Je ne suis même plus choqué mais carrément estomaqué.

« Quoi ? demande-t-elle, le regard mauvais.
— … En fait, j’aimerais passer…
— Ah… »

    Elle rougit instantanément et juste à ce moment, j’ai l’impression de retrouver la HoSu d’avant… La HoSu timide et gentille, qui ne m’agresse pas pour un rien. Elle se lève pour me laisser passer. Je prends mes affaires et me dirige vers la sortie. Je remarque qu’elle s’est rassise à sa place, sans chercher à ranger ses affaires. Elle ne semble vraiment pas être dans son assiette ces derniers temps… Je soupire et la cloche sonne. Mince ! C’est vrai ! Je devais essayer de sortir plus tôt ! Je me dirige donc vers la sortie en trottinant.

« Au revoir HoSu ! A demain !
— … Au revoir » me répond-elle dans un chuchotement à peine audible.

    Je me retourne brusquement. Cela doit faire deux semaines qu’elle ne m’a pas répondu !  Je la regarde, elle a l’air dévastée… Je soupire encore une fois et me décide à aller rejoindre les garçons à la grille.

    Lorsque j’arrive, ils sont là, comme d’habitude, à m’attendre.

« Coucou Kookie !!! me lance TaeHyeong.
— Salut ! me dit à son tour JiMin en passant son bras autour de mes épaules. Alors, cette journée ?
— Ça a été. Et vous ?
— Comme d’hab, me répond TaeHyeong. Des cours qui donnent envie de dormir.  Quoi que j’ai essayé de m’imaginer pouvoir communiquer avec les libellules et ça, c’était fun !
— Arrête de raconter n’importe quoi, Tae !
— Mais c’est vrai ! Ce serait trop bien de pouvoir communiquer avec les insectes ! En plus les libellules, ça vole !
— Et alors ?
— Bah c’est trop bien de voler !!! »

    J’arrête de les écouter, perdu dans mes pensées. Je n’arrive pas à sortir HoSu de ma tête. Je me demande vraiment ce qu’elle a. Je n’arrive pas du tout à communiquer avec elle. Elle semble me fuir comme la peste alors qu’à la base, c’est elle qui me disait bonjour pour essayer de me sortir de ma coquille. Actuellement, j’ai l’impression que la situation s’est inversée. C’est moi qui lui dis bonjour et au revoir tous les jours et c’est elle qui ne répond pas. Comment se fait-il qu’elle se soit renfermée comme ça du jour au lendemain ? Je soupire. Je n’arrête pas de soupirer depuis tout à l’heure. JiMin semble le remarquer et me demande ce qui ne va pas.

« Ce n’est rien… Juste HoSu qui n’est plus pareille depuis la dernière fois.
— Depuis le SMS, toujours ? demande TaeHyeong.
— Oui…
— Bizarre, elle semble être normale avec moi quand je lui envoie des messages.
— Tu lui envoies des messages ?
— Bah oui.
— Et elle te répond ?
— Bah oui ! Tu crois quoi ? C’est ma petite sœur de cœur !
— Ah…
— Hoho ! Notre petit Kookie serait amoureux ??? me taquine JiMin.
— M-Mais non ! Je m’inquiète c’est tout !
— Elle ne va pas bien ? s’inquiète à son tour TaeHyeong.
— Bah… Elle n’avait pas l’air très bien aujourd’hui… Et puis, elle s’est énervée contre moi.
— Tu lui as fait quoi ? me questionne-t-il, prêt à défendre HoSu.
— Rien ! Rien, justement…
— Ah… Bizarre…
— Pourtant, ça me semble clair ! affirme JiMin.
— De quoi ? lui demande TaeHyeong, surpris.
— Bah notre petit Kookie est amoureux, voyons !
— Haha ! T’es bête !
— Et c’est toi qui me dis ça ? »

    Et voilà, ils recommencent à se chamailler. Ça me fait un peu sourire. Mais je reste préoccupé.

Jeong HoSu

    Je suis toujours dans la salle de classe. Il n’y a plus personne. Ça fait plus d’une demi-heure que les cours sont finis. J’en ai marre. Je ne veux pas rentrer. Je ne veux rien faire. Je me sens mal. Je m’en veux énormément pour JeongGuk. Mais j’ai peur. J’ai extrêmement peur. Je sais qu’elles vont encore me le reprocher. J’ai peur de leurs reproches.

    Je me décide à ranger mes affaires pour rentrer. Je traine. Je ne veux pas rentrer. A la maison, je vais devoir faire semblant. Je dois faire semblant partout. Je devrais peut-être simplement mourir. Oui, mourir comme elles me répètent tous les jours de le faire. Je suis tellement fatiguée… Au moins, BoNa et MiHyeon n’ont plus utilisé la force… Mais elles n’arrêtent pas de m’envoyer des messages qui me font mal, qui me pourrissent. Ce serait presque plus simple si c’étaient des violences physiques. Quoi que… Dans mon ancien collège, c’était arrive aux violences physiques et c’était horrible. Cacher les bleus, expliquer pourquoi mes cheveux étaient coupés à certains endroits… Je ne savais plus quoi inventer. Je ne sais vraiment plus quoi faire. J’ai essayé de me confier à Oppa. Mais il est trop occupé avec ses amis. Il est toujours avec ses amis. Toujours. En même temps, c’est la raison pour laquelle je fais tout ça. C’est pour qu’il reste avec ses amis. Mais ça m’énerve. J’ai l’impression qu’il m’oublie. Alors que je souffre, lui s’amuse. Je ne comprends pas pourquoi je me retrouve encore dans cette situation. Pourquoi c’est toujours moi qui me fait martyriser ? Je ne comprends pas. Mais en même temps, je me sens incapable de martyriser quelqu’un. C’est peut être ça. Soit on est bourreau, soit on est victime. Il n’y a pas de milieu. Quoi que si. Il y a le rôle de spectateur. Mais au fond, les spectateurs sont soit aussi monstrueux que les bourreaux, soit aussi tiraillés que les victimes.

    Je ne m’étais même pas rendue compte que j’étais déjà devant la maison. Je n’ai pas envie de rentrer. Je vais encore devoir faire semblant. Encore afficher ce faux sourire, cette fausse humeur, alors que je suis détruite à l’intérieur.

    Mon portable vibre, j’ai reçu un message.

A: Jeong HoSu
De: Han MiHyeon

Tu foutais quoi tout à l’heure? On a commencé à nous poser des questions ! Tu fais chier ! Tu ne peux pas tout simplement mourir ?

    Je me sens mal. Vraiment mal. Je ne sais pas quoi lui répondre. Je ne sais plus quoi faire. Mon portable se remet à vibrer.

A : Jeong HoSu
De : Bak BoNa

Eh ! La statue ! Comment t’as osé parler à Kookie tout à l’heure ? Tu refais ça, je te le ferai regretter. Et arrête de faire la victime et d’attirer la sympathie des autres, t’es pas une victime, tu n’es qu’une merde.

    J’ai à peine le temps de me remettre de ce deuxième message que mon portable se met à vibrer plusieurs fois de suite. Je reçois plein de messages.

A : Jeong HoSu
De : Numéro inconnu

Salope ! Suicide-toi ! Il n’y a pas de place pour les gens comme toi dans ce collège !

A : Jeong HoSu
De : Numéro inconnu

Il parait que tu veux te taper Kookie ? Sale pute ! En plus t’es laide, laisse tomber !

    Je ne peux pas lire plus. Je ne veux pas lire plus. Je ne sais même pas comment ces gens ont eu mon numéro… J’entre en trombe dans la maison et me jette aux toilettes. A peine ai-je le temps de me pencher au-dessus des toilettes que je me vide complètement. Ma gorge me brûle, j’ai du mal à manger en ce moment donc je n’ai presque rien à vomir. Je tousse, je revomis un peu, j’entends Maman qui me demande ce qui se passe. Je décide de l’ignorer, j’ai la nausée, je me sens mal. Mes larmes coulent toutes seules. Mon portable continue de vibrer, je veux qu’on me laisse tranquille, qu’on m’oublie. Au bout de quelques longues minutes, je sens que je n’ai plus rien à régurgiter. J’ai mal au ventre à force de l’avoir contracté. J’ai mal à la gorge à cause de la bile. Mal aux yeux à force de pleurer. Je me sens vraiment mal. Je veux qu’on me laisse tranquille. Je me rince la figure, je rince ma bouche et je me décide à sortir des toilettes. Maman s’inquiète pour moi mais je la repousse et lui crie de me laisser tranquille. Je ne veux pas de son aide. Je la déteste. Je déteste cet endroit. Je déteste cette maison. Je déteste cette famille. Ils m’énervent car je les aime trop pour leur demander de partir. Et ils ne voient rien. Alors je les hais. Je m’enferme dans ma chambre et m’enroule dans mes draps. Je veux qu’on m’oublie…

Gim SeokJin

    YunA… Je souris bêtement affalé sur le canapé. Pourquoi je pense encore à elle ? En même temps, elle est belle, gentille, sympathique, agréable… Elle a toutes les qualités que je demande à une femme. C’est à se demander si YunGi et elle sont vraiment frère et sœur. Haha ! Et voilà, après avoir souri bêtement, je me retrouve à rire tout seul. Je suis vraiment ridicule. Heureusement que les petits ne sont pas là, ils se seraient moqués de moi. D’ailleurs, ils ne devraient pas tarder à rentrer. Je vais profiter des quelques minutes qui me restent pour relire les derniers messages qu’on s’est envoyés avec YunA. Cette fille est vraiment parfaite… Ça me donne envie de lui envoyer un message.

A : Min YunA
De : Gim SeokJin

Coucou ! Ça va ?

    Bon. Je me sens un peu bête, là. Je ne sais pas vraiment quoi lui demander. J’aimerais l’inviter à boire un verre mais je n’ose pas. Et surtout, je ne sais pas vraiment comment lui demander ça… Ah ! je m’énerve tout seul… Je devrais peut être tout simplement me jeter à l’eau ? Mais tout de même… Elle est plus vieille que moi. Ce n’est pas un peu impoli de lui demander ça comme ça ? Mais en même temps, est-ce qu’il y a d’autres manières de lui demander ? Rah ! Je ne sais pas… Je pousse un petit cri d’énervement et  me gratte la tête.

« Hyeong, ça va ?
— Hein ? Junie ? Vous êtes rentrés ?
— Oui, et il y a HoSeok et YunGi avec moi !
— Ah, très bien.
— Tu faisais quoi à t’énerver tout seul, comme ça ?
— Moi, je dis, il pensait à la magnifique Min YunA, me taquine HoSeok.
— Eh ! Je te signale que tu parles de ma sœur, là !
— Bah, je la complimente, tu devrais être content non ?
— Mouais… En attendant, Hyeong, si tu fais du mal à Nuna, je te défonce, compris ? »

    Je rougis violemment. Je vois Nam et YunGi se chamailler pendant que HoSeok semble jouer l’arbitre. En attendant, ils avaient vu juste… Je pensais bien à elle. J’observe YunGi quelques secondes, c’est vrai qu’il n’a pas non plus dit qu’il ne voulait pas que je fréquente sa sœur et il nous a presque encouragé à sympathiser… Il est vraiment direct comme garçon. Et moi, je suis en train d’hésiter comme un idiot alors que je suis plus vieux que lui. Allez, je me jette à l’eau ! Je lui demande directement !

A : Min YunA
De : Gim SeokJin

Coucou !  Ça va ? Dis, ça te dirait d’aller boire un verre avec moi, un de ces jours ?

    Je souffle un bon coup et appuie sur envoyer. Voilà, c’est fait. Je me suis lancé. Il n’y a plus qu’à attendre sa réponse. Je me lève et me dirige vers la cuisine pour commencer à préparer le repas. J’ai à peine le temps d’entrer dans la cuisine quand j’entends entrer les deux plus jeunes. Nous sommes encore six à la maison, je souris à cette pensée. J’aime bien quand il y a du monde à la maison, même si je sais que JiMin et HoSeok ne restent pas très longtemps car ils doivent rentrer chez eux pour manger. Pour YunGi, c’est assez aléatoire…

    TaeHyeong entre dans la cuisine en se plaignant.

« Hyeooooong !!! J’ai faim !!! On mange quoi ce soir ?
— JapChae, ça te va ?
— Ouaiiis !
— Salut JiMin ! fais-je à JiMin qui entre dans la cuisine.
— Coucou Jin Hyeong !
— Dis Hyeong, reprend Tae.
— Mmmh ?
— Ça se fait de kidnapper les gens ?
— Hein ? Mais qu’est-ce que tu racontes ?
— Bah j’aimerais bien kidnapper JeongGuk et HoSu !
— Mais pourquoi ? Ça va pas la tête ?
— Mais j’ai envie de voir HoSu ! Et puis Kookie il ne peut pas sortir…
— Ecoute, Tae. On en a déjà parlé. Si les parents de JeongGuk ne veulent pas qu’il sorte, il faut que tu l’acceptes !
— Je sais… Mais et HoSu ?
— De quoi, HoSu ? demande HoSeok en entrant dans la cuisine à son tour.
— Rien ! déclare JiMin précipitamment.
— Hein ? fait HoSeok, perdu.
— Tu crois qu’il est possible de kidnapper Kookie ? lui demande Tae en lui sautant dessus pour changer de sujet.
— Haha ! C’est quoi le rapport ? Et pourquoi tu veux le kidnapper ?
— Pour qu’il vienne manger à la maison !
— Juste pour ça ?
— Oui !!! Comme ça on pourra danser et chanter !!!
— Oh ! T’as raison, ça serait trop bien ! »

    Idiots. Ces enfants sont fous. Pas un pour rattraper l’autre. Je décide de ne plus les écouter et regarde mon portable. Oh ! YunA m’a répondu !

A : Gim SeokJin
De : Min YunA

Salut ! Ça va et toi ? Oui, j’aimerais bien ! 

    Et voilà. Je me remets à sourire bêtement. Heureusement que les petits sont trop occupés pour y faire attention. Je lui réponds.

A : Min YunA
De : Gim SeokJin

Génial ! Je suis vraiment content ! C’est moi qui invite ! Tu serais libre quand ?

    Elle répond presque instantanément S’en suit une discussion par message.

A : Gim SeokJin
De : Min YunA

Hihi ! Merci

A : Gim SeokJin

De : Min YunA

Samedi après-midi, ça te va ?

A : Min YunA
De : Gim SeokJin

Oui ! Parfait ! Je connais un bon petit café au centre-ville.

A : Gim SeokJin
De : Min YunA

D’accord. On se donne rendez-vous à quelle heure ?

A : Min YunA
De : Gim SeokJin

Quinze heures, ça t’irait ?

    Tiens ? Elle ne répond plus. Du coup, je me remets à faire à manger. Je suis vraiment content qu’elle ait accepté. Comme quoi, il faut avoir l’audace, parfois. Et ça paie ! Fier de moi, je me mets à chantonner quand j’entends YunGi crier dans le salon.

« QUOI ??? »

Min YunGi

    J’entends Nuna pleurer au bout du fil.

« T’es sérieuse, ils veulent te forcer à te marier?
— Oui…
— Mais pourquoi ??? Et puis quand ?
— Dès que possible. D’après eux, le plus tôt sera le mieux.
— Putain, mais ils sont vraiment cons ! Attends, j’arrive. T’es où, là ?
— Je suis dans ma chambre. Quand je leur ai dit que je ne comptais pas me marier avec un inconnu, ils se sont énervés… Alors je me suis énervée aussi, mais Maman a commencé à pleurer et…
— Laisse, c’est bon, j’arrive. »

    Je raccroche et me dirige vers la sortie.

« YunGi, il se passe quoi ? me demande Nam.
— Mes cons de darons veulent marier Nuna de force.
— QUOI ? »

    Je me retourne et vois Jin Hyeong qui semble être sur le cul. Ah… J’avais zappé qu’il était intéressé. De toute manière, c’est hors de question qu’ils la forcent à se marier contre son gré ! Putain ! C’est vraiment des salauds ! C’est quoi, leur problème, merde ! Qu’ils me fassent chier, d’accord, mais pas elle, quoi ! Je donne un coup de poing dans le mur. Et merde, je me suis fait mal…

« Putain !
— YunGi ! Calme-toi ! me conseille Nam.
— Mais comment tu veux que je me calme ?
— Déjà, te faire mal ne va rien arranger » remarque Jin Hyeong.

    Je ne réponds pas. Il a raison. Elle serait capable de s’inquiéter pour moi. Je souffle un bon coup et il continue.

« Bon. On va t’accompagner, d’accord ?
— Moi aussi, je peux venir ? demande le macaque.
— Non, Tae. Toi, tu restes ici. Il faut quelqu’un pour surveiller la bouffe. Et tu ne vas pas laisser JiMin tout seul.
— Mais il va bientôt partir…
— Même. Il y a le repas à surveiller.
— D’accord… »

    Finalement, ce sont HoSeok, Jin Hyeong et Nam m’ont accompagné et les deux petits sont restés. Là, on est devant chez moi. Jin Hyeong me conseille de me calmer avant d’entrer. Je prends quelques secondes pour respirer profondément et ouvre la porte d’entrée. Les autres restent devant.

    J’entre et j’entends Nuna crier. Déjà, c’est mauvais signe. Nuna ne crie que très rarement devant les vieux. D’ailleurs, si elle crie, ça veut dire qu’elle est sortie de sa chambre ? Rah ! J’aurais dû lui dire de m’attendre. Qu’on soit deux au moins. Elle est trop sensible. Moi, je m’en fous de m’engueuler avec eux. Je vais dans le salon. Ma mère est en train de pleurer sur le canapé pendant que Nuna et le vieux sont debout en train de s’engueuler.

« Mais puisque je vous dis que c’est hors de question !!!
— Tu n’as pas le choix, de toute manière.
— Si, elle a le choix ! »

    Les vieux se tournent vers moi ainsi que Nuna.

« Mêle-toi de ce qui te regarde, YunGi, m’ordonne mon géniteur.
— C’est plutôt à vous de vous mêler de ce qui vous regarde ! Il n’y a que Nuna qui peut choisir avec qui elle va se marier ?
— ET TU CROIS QU’ON VA LAISSER TA SŒUR SE MARIER AVEC N’IMPORTE QUI ???
— SI ELLE LE CHOISIT, OUI !
— Ecoute-moi bien, petit con. On ne va pas gâcher l’avenir de ta sœur en lui permettant de fréquenter les même gens que toi ! Déjà que tu es une honte pour cette famille, il a fallu que tu entraînes ta sœur ???
— QUOI ? s’exclame Nuna.
— Oui, jeune fille. On a vu que tu allais avoir un rendez-vous avec ces moins que rien que fréquente cet abruti.
— Vous avez fouillé dans mon portable ???
— Et alors, c’est le droit de tout parent qui se préoccupe de sa progéniture !
— Mais vous êtes vraiment cons, ma parole ! Vous n’êtes même pas capables de laisser un semblant de vie privée à votre propre fille ? Vous forcez déjà Nuna à avoir des rendez-vous avec des gars qu’elle ne connait même pas au moins une fois par mois et là, juste parce qu’elle a un rendez-vous avec quelqu’un qui ne vous plait pas, vous la forcez à se marier ?
— … Dehors, tu n’es plus mon fils.
— Quoi ?
— J’AI DIT DEHORS !!! HORS DE CHEZ MOI ! »

    Il m’attrape le bras et me tire vers l’entrée. Il ouvre la porte et me pousse dehors sous les protestations de Nuna.

« TU N’ES PLUS MON FILS ! répète-t-il en me balançant mes chaussures à la figure.
— PAPA ! ARRÊTE !!! crie Nuna.
— TOI TU LA FERMES ET TU OBÉIS ! » lui hurle-t-il en lui lançant une gifle.

    Nuna hurle et tombe par terre sous la violence du coup. J’allais me relever pour défendre Nuna mais Jin Hyeong fut plus rapide que moi. Il se jette sur le daron pendant que Nam va voir Nuna et que HoSeok me demande si je vais bien.

« MAIS CA VA PAS LA TETE ? hurle Jin Hyeong en décochant un coup de poing à mon père qui le met au sol à son tour.
— SEOKJIN ! ARRÊTE ! supplie Nuna.
— … « SeokJin » ? ALORS C’EST TOI LE PETIT CON QUI ESSAIE DE SOUILLER MA FILLE ??? »

Gim NamJun

    Choqué. Je suis choqué. Je n’ai jamais vu Hyeong dans cet état. Nuna est en pleurs dans mes bras. Je n’arrive même pas à réagir tellement je suis choqué. Le père de YunGi se lève et revoie le coup de poing qu’il a reçu mais en cent fois plus puissant. Putain ! Mais il a fait de la boxe ou quoi ? Hyeong a atterri à  au moins un mètre !!! Merde ! Il se dirige vers moi. Je suis tellement sous le choc que je ne sais pas quoi faire. Je sais me battre mais il a l’air vachement balèze le vieux ! Bref. Il m’attrape le bras et me jette dehors. Le temps que je me relève, il a déjà claqué la porte. YunGi se jette dessus mais il semble l’avoir fermé à clefs. Il essaie les siennes mais elles ne fonctionnent pas. Son père a dû laisser les clefs dans la serrure. Du coup, il hurle en tambourinant la porte.

    Ça doit faire dix minutes que YunGi est en train de se péter les cordes vocales et les poings par la même occasion. HoSeok a dû rentrer car apparemment, il y a eu un problème avec sa sœur. Et Hyeong s’entête à essayer de contacter YunA Nuna, mais je pense qu’ils ont dû lui piquer son portable. Et moi ? Bah je suis debout, comme un con, à me dire qu’on devrait partir de là car les voisins commencent à sortir de chez eux.

    YunGi se laisse tomber au sol. Je vais vers lui et lui propose de rentrer chez nous car si on continue, les voisins vont finir par appeler les flics. Il accepte mais je vois bien que c’est à contre cœur. Je fais signe à Hyeong qu’on rentre et lui aussi semble se résigner. J’envoie un message à HoSeok pour l’informer de la situation et on se met à rentrer.

Min YunA

    Papa m’a enfermé dans ma chambre, en ayant pris soin de me priver de mon portable. Ça doit faire une demi-heure que je pleure. Je pose ma main sur ma joue. Elle me brûle. C’est la première fois de ma vie que Papa ose lever la main sur moi. Je ne sais plus quoi faire.

    Alors c’est à cause de ma relation avec SeokJin qu’ils réagissent comme ça ? Ils m’énervent. Déjà, ils n’ont pas à fouiller dans mon portable. En plus, quand est-ce qu’ils ont pu le faire ? Ah… Sûrement quand j’ai été aux toilettes. Mais quand même ! Ça me dépasse…  Je ne pensais pas qu’ils pouvaient être aussi…. cons. Oui, cons. Il n’y a pas d’autre mot. Je soupire.

    Une heure que je n’entends plus rien dans la maison. J’ai arrêté de pleurer. J’ai mal au crâne. Je me sens mal. Mon regard se pose sur le cadre posé sur mon bureau. On est tous les quatre, en train de sourire. Quelle illusion… Je soupire et me dirige vers mon bureau pour basculer la photo face contre le bureau. Je ne veux plus la voir. Dans un élan de colère, j’enlève toutes les photos où il y a mes parents dessus et je tombe sur un post-it que m’avait laissé YunYun pour me prévenir qu’il allait chez NamJun. J’ai envie de pleurer. C’est vrai qu’il va toujours là-bas lorsqu’il ne veut pas renter. J’aimerais bien avoir quelque part où aller moi aussi… Je n’ai vraiment pas envie de rester ici… Mais en même temps, je ne sais pas où est-ce que je pourrais aller. Les amis que je me suis fait et que mes parents ont accepté que je garde sont de bonne famille donc ils n’accepteront jamais de « fugueuse » chez eux. En plus, les parents sont du même genre que les miens donc ils vont sûrement refuser que leur enfant continue à me fréquenter si jamais je leur annonce que je suis partie de chez moi. Du coup, je n’ai nulle part où aller…

    Je soupire. Je me demande si SeokJin accepterait de m’héberger… Mais pourquoi je pense à lui, moi ? Je secoue la tête pour essayer de l’en sortir mais ça ne fonctionne pas. Surtout que ça ne serait peut-être pas unesi mauvaise idée… Au pire, je leur demande de me loger juste pour cette nuit et demain, vu que je n’ai pas beaucoup de cours, je me débrouillerai pour trouver un autre logement s’ils ne peuvent pas m’héberger.

    Du coup, je ne vais pas rester ici ! J’attrape un sac de sport assez grand et le remplis de vêtements et des affaires de toilettes qui se trouvent dans ma chambre. Je fourre tous mes cours dans un sac à dos et je décide d’écrire un mot pour mes parents.

Papa, Maman,

J’ai décidé de partir pour que vous compreniez que je ne vous appartiens pas. En effet, je suis votre fille, mais vous ne pouvez pas me forcer à épouser un homme que je ne connais pas et que je n’ai pas choisi. J’ai le droit de fréquenter qui je veux, qu’il soit riche ou pauvre.

Si vous décidez de me renier comme vous l’avez fait avec YunGi, alors tant pis. Mais je ne reviendrai pas tant que vous n’accepterez pas que je suis une personne à part entière, avec des sentiments, avec une volonté et avec des goûts. Ma définition du bonheur peut être différente de la vôtre. Alors le temps que vous le compreniez, je vais m’éloigner un peu de vous. Je suis triste d’en arriver là, mais je refuse de me condamner à vivre malheureuse avec un homme que je n’aime pas, sous prétexte que vous êtes contre le fait que j’aie un rendez-vous avec une personne qu’au final vous ne jugez que sur l’argent. J’ai le droit de fréquenter qui je le souhaite, vous m’avez élevé, je suis majeure, je me juge être capable de faire mes propres choix.

Malgré tout, je vous aime.

YunA

    Je soupire à la relecture de ma lettre et la laisse sur mon bureau. Après avoir vérifié que j’ai bien pris tout ce qui était utile et présent dans ma chambre, j’enfile une veste et j’ouvre ma fenêtre. Je regarde en bas. Un étage, ça va. Heureusement que je suis casse-cou malgré la désapprobation des parents.

    Je jette mon sac de sport et je commence à nouer les draps pour en faire une corde improvisée. Je l’attache à mon lit, il devrait être assez lourd pour me retenir. J’enfile mon sac à dos et je commence à descendre. Arrivée en bas, j’attrape mon sac de sport et je commence à me diriger vers chez les Gim. YunGi avait noté l’adresse sur un des post-it qu’il m’a laissé. Heureusement qu’on a cette habitude de se laisser des post-it et de ne pas toujours passer par nos portables, vu que je n’ai plus le mien…

Gim TaeHyeong

    Il est tard. Il doit être vingt-trois heures passé. Personne n’est couché. Tout le monde est dans le salon. Jin Hyeong est assis dans le canapé en tenant une compresse sur sa joue enflée, Nam Hyeong, lui, est affalé et se cache le visage avec ses mains et son pote délavé est en train de faire les cent pas en poussant un juron de temps en temps. Depuis qu’ils sont rentrés, ils ont à peine bougé. Ils n’ont rien expliqué. En attendant, moi, j’ai faim.

« Hyeong, j’ai faim.
— Mange, me répond Nam.
— Mais je vous ai attendu, moi ! Mangez avec moi !
— Eh le macaque ! Tu piges pas qu’on n’a pas la tête à bouffer, là ?
— Et toi, le glaçon, tu piges pas que je veux manger avec vous ?
— Putain, tu me soules.
— Stop, ordonna Jin Hyeong. On va manger. Tae, va faire le couvert.
— Yeah !!! »

    Ah ! Enfin ! Je me dirige vers la cuisine, mais quelqu’un sonne à la porte. Sonner à cette heure ? Bon… Je vais quand même ouvrir. On ne sait jamais. C’est peut être un extraterrestre en détresse. Je crie que je vais ouvrir et vais justement ouvrir la porte.

« OH ! La grande sœur du vampire !!!
— Tae-TaeHyeong, c’est ça ?
— Oui ! »

    Je cours dans le salon et m’adresse au truc pale qui fait tourne en rond depuis tout à l’heure.

« Eh ! Il y a ta sœur !
— Hein ? Ma sœur ?!? »

    Il se rue vers la porte d’entrée, suivi par les autres. Je les suis.

« Nuna ! Qu’est-ce que tu fais là ?
— Je me suis… enfuie.
— Enfuie ?
— Mmmh…
— Ça va ta joue ?
— Oui, ne t’inquiète pas. »

    S’en suit un énorme silence. Bon, j’ai toujours faim moi !

« J’ai faim ! On va manger ? Nuna, tu as mangé ? Tu manges avec nous ?
— Ça ne vous gêne pas ? demande-t-elle timidement.
— Non, pas du tout ! » lui répond Jin Hyeong.

    Content, je pars faire le couvert. Pendant ce temps, je les entends parler et décider qu’elle dormirait ici. Du coup, Jin Hyeong essaie de ranger l’appartement comme il peut, pendant que les autres font une sorte de déménagement pour qu’elle prenne la chambre de Jin Hyeong. Apparemment, Hyeong va dormir avec moi, Nam Hyeong va dormir avec le vampire et Nuna va dormir toute seule.

    Le couvert terminé, je me rapproche à pas de loup de Nuna et la prends dans mes bras. Elle sursaute puis rigole et Jin Hyeong rougit. Il est jaloux ? Niark.

« Nuna ? Tu vas habiter ici ?
— Euh… Je ne sais pas… Et puis ça dépend de vous aussi…
— Et si on veut que tu restes ça sera pour toujours ?
— Haha… Non, peut-être pas…
— Oh… Alors jusqu’à quand ?
— Je ne sais pas encore…
— Cool ! J’ai gagné une nouvelle grande sœur ! Au fait, le couvert est fait ! »

    Elle rigole puis on se met à table. Durant le repas, je remarque que Jin Hyeong n’arrête pas de regarder Nuna mais aussi que l’homme de glace est beaucoup plus souriant quand sa sœur est là. J’aime bien. Il est plus gentil. Et il est même drôle parfois. C’est cool, quand Nuna est là.

Lien vers la fic

Lien vers le chapitre précédent

Lien vers le chapitre suivant

Publicités

Publié le 12 septembre 2016, dans Happy...?, Mes fanfictions, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :