Happy…? : Chapitre 8 – Menace

Jeong HoSu

 

    Je regarde l’heure. Il est huit heures vingt-cinq… Je ne suis pas encore en retard, mais presque. Le cours commence dans cinq minutes et j’arrive tout juste au portail du collège. J’accélère le pas pour aller vers ma salle. C’est la première fois que j’arrive aussi tard. En même temps, ça doit faire un mois que je suis dans ce collège. D’habitude, j’arrive en avance mais ce matin, j’ai eu énormément de mal à me lever. En même temps, je ne sais pas à quelle heure je me suis endormie, hier. J’étais tellement surexcitée suite à la superbe après-midi que j’ai passée que je n’arrivais pas à me calmer et trouver le sommeil. Résultat, ce matin, j’ai mis du temps à me lever et en plus, j’ai tout fait lentement. Et voilà. Maintenant, je suis presque en retard.

    Hier, c’était la première fois que je voyais JeongGuk aussi expressif. Je l’ai vu gêné quand JiMin Oppa le taquinait, je l’ai vu passionné quand il dansait, je l’ai vu rire avec les autres, je l’ai enfin vu détendu et naturel (enfin, je pense qu’il était naturel). Il était beau. Son sourire était magnifique. Ses expressions étaient magnifiques. Rien que d’y penser, ça me fait sourire. Je le revois s’amuser avec les amis d’Oppa, se chamailler avec JiMin Oppa et TaeHyeong Oppa. D’ailleurs, en parlant de TaeHyeong Oppa, il n’a pas arrêté d’insister pour que je l’appelle « Tae Oppa »… Sauf que ça me fait bizarre de l’appeler comme ça. Il me dit que Jin Oppa, je l’appelle bien « Jin » Oppa et non pas « SeokJin » Oppa, mais je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à l’appeler « Tae »… et je ne sais pas pourquoi j’arrive à dire « Jin ». D’habitude, je ne suis pas à l’aise aussi vite. Avec TaeHyeong Oppa, je me suis assez vite rapprochée (enfin, c’est plutôt lui, qui s’est vite rapproché…) mais Jin Oppa a une aura différente. Il dégage une sorte de halo de bienveillance. A première vue, il avait l’air froid… Mais dès que je l’ai vu sourire, je me suis dit qu’il était impossible qu’il soit méchant. En plus, il est tellement beau… Je me demande comment Oppa fait pour que tous ses amis soient beaux.

    Ha ! Mon portable sonne. J’ai oublié d’enlever le son ! Je m’arrête en plein couloir et fouille dans mon sac pour le retrouver. Oh… Encore un SMS de TaeHyeong Oppa. Depuis hier, il n’arrête pas de m’en envoyer. Il dit que je suis sa petite sœur. Là, il me souhaite une bonne journée. Je souris, je lui envoie un simple « Merci, toi aussi » et je mets mon portable en silencieux. Finalement, ce n’est pas plus mal qu’il m’ait envoyé un message maintenant. Je me remets alors à courir vers ma salle. Il ne faut surtout pas que j’arrive en retard !

    J’arrive essoufflée dans la salle. Je suis arrivée à temps ! YES ! Je me dirige directement vers ma place. JeongGuk m’accueille avec un large sourire. On se salue et je m’assois. Je regarde l’heure. Il est vingt-neuf. Bon. Ça ne va pas tarder à sonner. Je n’ai pas le temps d’aller voir les filles, j’irai à la pause. Je me retourne quand même vers elles pour les saluer de loin. Je souris en leur adressant un grand signe de main. Bizarrement, seules GaEul etHaNeul me répondent. Elles me font un signe discret accompagné d’un sourire timide. MiHyeon et BoNa, elles, ne me lancent même pas un regard. Je me demande ce qui leur arrive. Elles ne m’ont rien dit de spécial ce weekend. Je leur demanderai à la pause. J’espère qu’il ne leur est rien arrivé de grave.

    La sonnerie retentit et le prof arrive. Je me dépêche de sortir mes affaires. En fouillant mon sac, je vois mon portable, ce qui me fait sourire. Je repense au SMS de TaeHyeong Oppa. Il est vraiment gentil. Un peu bizarre mais il a un très bon fond. En plus, grâce à lui, j’ai eu le numéro de Jeon JeongGuk !!! Je rougis à cette pensée. Tout d’un coup, je me sens gênée et je me précipite pour sortir mes affaires. Je tente un petit coup d’œil vers mon voisin mais comme d’habitude, il est entièrement concentré sur le cours. Je souris. Il a toujours cet air de lapin perdu quand il suit le cours la bouche légèrement ouverte. Je continue de sourire bêtement. Au bout d’un moment, je me rend compte que je n’ai encore rien noté du cours alors que le prof est déjà arriver au niveau de la dernière partie du tableau. Ça signifie qu’il va bientôt effacer… Je me mets des petites claques sur mes joues pour me réveiller. Allez HoSu ! Concentration !!!

Jeon JeongGuk

 

    Le cours vient de finir, c ‘est l’heure de la pause. La plupart des élèves se lèvent et ça devient vite le brouhaha. Comme à chaque pause, je sors mes devoirs supplémentaires. HoSu se lève, je l’observe. Elle se dirige vers ses amies. Je souris. Je sors mon portable pour écouter de la musique et faire abstraction du bruit dans la classe. Bak JiMin m’a passé quelques musiques, hier. Mon sourire s’élargit en repensant à cette journée. J’ai enfin trouvé des gens qui n’ont pas mal réagi lorsque j’ai déclaré que je ne pouvais pas sortir. Ils disent qu’ils vont venir me chercher après les cours pour qu’on puisse discuter sur la route. Est-ce qu’ils vont vraiment le faire ? Est-ce qu’ils vont vraiment se déplacer jusqu’ici ? J’espère que oui… Mais d’un autre côté, j’ai peur. En même temps, ils sont tous les deux en deuxième année de lycée alors que moi, je ne suis qu’en dernière année de collège. Qu’est-ce qu’ils peuvent bien trouver intéressant chez un collégien introverti comme moi ? Et pourtant, je continue à espérer. L’après midi d’hier a été tellement agréable que je ne peux pas me résoudre à penser que c’était faux. Surtout que Gim TaeHyeong et Bak JiMin m’ont envoyé plusieurs SMS par la suite. J’aurais bien aimé envoyer un SMS à HoSu aussi… Mais je ne savais pas quoi lui dire. Je n’ai jamais envoyé de SMS à des « amis ». Du coup, je ne fais que répondre aux SMS qu’on m’envoie. J’espère qu’ils ne vont pas se lasser de moi trop rapidement…

    Ça sonne. La pause est finie, les cours vont reprendre. Mes camarades de classe rejoignent leur place en soupirant. Je me retourne, en m’attendant à voir HoSu arriver mais je ne la vois pas. Intrigué, je commence à regarder partout dans la classe mais elle n’est pas là. Je me mets à chercher ses amies mais je n’en vois que deux. Elles sont peut être parties au toilettes… J’aurais aimé leur demander où se trouve HoSu mais je n’ose pas…

    Oh ! Je vois les deux autres amies de HoSu entrer dans la classe… mais sans HoSu. Mais où est-elle passée ? Je suis persuadé qu’elle est allée les voir tout à l’heure… Surtout que HoSu n’est pas du genre à arriver en retard, enfin je suppose. J’hésite à lui envoyer un message, mais le professeur arrive donc je me dépêche de ranger mon portable et mes devoirs supplémentaires. Assez rapidement, il se rend compte de l’absence de HoSu.

« Est-ce que quelqu’un sait où est passée Mademoiselle Jeong HoSu ? D’après le livre d’appel, elle était là au cours précédent.
— Elle est à l’infirmerie, elle ne se sentait pas bien.
— Ah, très bien. Bon, commençons le cours dans ce cas. »

    Je regarde celle qui vient de parler. C’est une des amies de HoSu qui est arrivée après. Mi… MiHyeon, je crois. C’est bizarre. HoSu avait l’air d’aller très bien tout à l’heure. Qu’est-ce qui a bien pu lui arriver ?

Jeong HoSu

 

    Je me demande depuis combien de temps je suis enfermée là. Je n’ai même pas mon portable sur moi. Et il fait noir. Je ne vois rien. Il n’y a pas de fenêtre, il n’y a aucune source de lumière. Je n’aime pas me retrouver dans l’obscurité. Je soupire. Je n’ai même plus la force de crier. Ni de pleurer. J’ai déjà essayé de tambouriner cette porte en hurlant à m’en décoller les poumons, rien. J’ai beau appeler à l’aide, personne ne répond. En même temps, qui est-ce qui viendrait vers le local de ménage du gymnase ? En plus, je crois que personne n’a cours de sport à l’intérieur, ce matin.

    Je suis donc assise, par terre, dans un coin du local, sans savoir quoi faire à part attendre. Je ne sais même pas ce que je fais là. Ni pourquoi je suis là. « ça t’apprendra à te foutre de notre gueule » m’ont-elle dit. MiHyeon, BoNa, je ne sais même pas de quoi vous parliez. Je ne sais pas ce que je vous ai fait. Vous m’avez demandé de vous accompagner pour parler. Je voyais que vous n’alliez pas bien alors je vous ai suivies sans poser de question. Mais au final, ça a été la seule phrase que vous m’ayez dite… Je ne comprends pas. Vraiment pas.

    Je sens que mes larmes reviennent. Je les laisse couler. A quoi bon les retenir, de toute manière ? Il n’y a personne qui peut me voir. Même moi, je ne me vois pas. Je n’ai personne de qui je dois me cacher. Je suis toute seule. Dans un local. Dans le noir…

    Je resserre un peu plus mes genoux contre mon torse grâce à mes bras. Je ne sais pas pourquoi, mais je pense aux cours. Je suis en train de rater des cours. Je soupire encore une fois. Maman déteste qu’on rate les cours. Mais en même temps, je suis coincée. Qu’est-ce que je peux faire à part attendre ? Rien. Rien du tout. Vraiment, je me demande l’heure qu’il est. Je me demande quand est-ce que je pourrai sortir d’ici. J’ai entendu la sonnerie tout à l’heure donc je sais que ça fait entre une heure et deux heures que je suis coincée ici. Est-ce que quelqu’un va venir me chercher ? Est-ce que quelqu’un finira par m’entendre ? J’ai peur… Au final, qui s’inquiéterait pour moi ? Les personnes que je considérais comme mes amies sont celles qui m’ont enfermé ici. Qui d’autre pourrait se préoccuper de mon absence ? En plus, mon portable est dans mon sac… Plus jamais je me déplacerai sans mon portable. Je le garderai toujours sur moi. En même temps, je me demande à quoi il aurait servi, mon portable. Qui est-ce que j’aurais pu appeler ? Personne… Oppa, peut être. Mais il est en cours et je ne veux pas le déranger. Surtout qu’il ferait un scandale. Papa et Maman aussi d’ailleurs. Ils voudront encore déménager par ma faute. Oppa va encore perdre ses amis. Non, je ne veux pas. Il ne faudra surtout pas que je parle de cette histoire. Et de toute manière, je ne l’ai pas mon portable.

    Mon ventre gargouille. Il doit être bientôt l’heure du déjeuner. Je soupire. Combien de temps vais-je rester ici ? En plus, je commence à avoir soif. Vraiment soif. En même temps, on est en plein été. Mon ventre se remet à gargouiller… Je me recroqueville un peu plus…

    Ça sonne. Ça devait être la sonnerie de la pause déjeuner. Je commence à entendre de l’agitation dehors. Oh ! Peut être que cette fois, quelqu’un pourra m’entendre ! Je me lève d’un coup. Oh la… J’ai la tête qui tourne et j’ai des nausées. Je retombe immédiatement au sol. Je me sens mal, faible, j’ai envie de vomir. Je retente de me lever mais j’ai vraiment trop de vertiges. Tout tourne autour de moi… J’ai tellement faim… Mais surtout, j’ai soif… Ah… C’est vrai… Je n’ai presque rien mangé ce matin vu que je manquais de temps…

« …-va ? HoSu , ça va ?
— HoSu ! Réveille-toi ! »

    J’ouvre doucement les yeux. Je me retrouve face à HaNeul et GaEul… Ah… J’ai mal à la tête… J’ai des vertiges, ça tourne…

« Ça y est, elle ouvre les yeux, remarque GaEul, soulagée.
— Tu nous as fait peur ! Ça va ?
— Oui… Enfin non… J’ai la tête qui tourne…
— Tiens, bois ça. »

    HaNeul me tend une bouteille d’eau. Je me jette dessus et la finis d’une traite. J’avais vraiment soif… Je reprends ma respiration et au fur et à mesure que je me calme, j’ai de moins en moins de vertiges. En voyant que ça commence à aller mieux, GaEul me tend un sandwich.

« Merci…
— De rien, c’est le moins que je puisse faire pour toi…
— Merci quand même.
— C’est rien je te dis. Par contre, magne toi un peu, il ne reste plus beaucoup de temps avant la fin de la pause midi.
— Ah ? Mais il est quelle heure ?
— Quatorze heures moins quart.
— Déjà ?!? »

    Mais combien de temps je me suis évanouie ? Je me souviens de la sonnerie annonçant le début de la pause déjeuner… Et là, c’est bientôt la fin ?!? Je me mets alors à manger rapidement. Du coup, le silence s’installe. Ni elles, ni moi n’osons le briser. En mangeant, je sens que mes larmes menacent de couler à nouveau. Non, il ne faut surtout pas que je pleure. Je sens ma gorge se serrer… Je n’arrive plus à manger… Ma gorge me fait trop mal…

    J’avale difficilement ce qui se trouve dans ma bouche et lance dans un murmure :

« … Pourquoi… ?
— …
— Pourquoi est-ce que j’étais enfermée ? Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Pourquoi on m’a fait ça ? Pourquoi ? Je n’ai rien fait ! Alors pourquoi ? Ou si j’ai fait quelque chose, dites le moi, au moins… »

    Et voilà, je pleure. Je suis nulle. Je suis encore en train de pleurer. Je suis pitoyable. HaNeul et GaEul restent silencieuses. Elles évitent mon regard. Ça m’énerve. Je ne comprends rien. Je commence à m’hurler.

« MAIS REPONDEZ-MOI !!! »

    Je les fixe. Elles ont sursauté quand j’ai crié. Je les vois s’échanger un regard résigné puis HaNeul se met à soupirer avant de prendre la parole.

« C’est parce que tu as invité Kookie chez toi…
— … Pardon ??? »

    Parce que j’ai invité JeonGuk chez moi ? Mais c’était pour l’exposé ! Ce n’est pas comme si je sortais avec lui ! Et puis même ! Depuis quand on enferme les gens pour ça ? Je sens la colère s’emparer de moi petit à petit. Je n’aime pas ça. Il faut que je me calme. Je déteste quand je suis en colère. Mes larmes deviennent brulantes, mon corps se réchauffe, c’est mauvais signe. J’inspire un bon coup, puis j’expire lentement avant de reprendre.

« Il est venu chez moi car on avait l’exposé à faire.
— Oui, on le sait. Mais tu as dû le remarquer, MiHyeon et BoNa sont plus ou moins intéressées par Kookie… Alors elles sont persuadées que tu le dragues.
— Mais c’est faux !!!
— Disons plutôt qu’elles sont jalouses de toi, intervient GaEul. Tu sais, avant, Kookie était plutôt du genre à fuir tout contact humain. Mais avec toi, il sourit, il te dit bonjour… Déjà, ça, ça les énervait. Alors quand BoNa a vu Kookie entrer chez toi…
— On a essayé de les raisonner mais elles ne voulaient rien entendre.. »

    Et pourquoi est-ce que vous les avez laissé faire ? Pourquoi est-ce que vous ne les avez pas arrêté ? Et comment elles ont pu le voir entrer chez moi ? Elle le suivent ou quoi ? J’ai envie de leur poser toutes ces questions mais je n’ose pas.

« Donc vous me dites que c’est pour JeongGuk ?
— … En gros, oui. Non. Pas en gros, en fait. C’est juste pour Kookie.
— Je pense que tu devrais éviter de trop te rapprocher de lui, me conseille HaNeul.
— …
— Oui, tout redeviendrait comme avant, elles continueront à le regarder de loin. »

    Je ne veux pas répondre. Je suis trop triste et trop dégoutée. Et je me dégoute. Je sais que je vais suivre ce qu’elles me disent. Je sais que je vais m’éloigner de Jeon JeongGuk. Je sais que je vais faire ça juste parce que je veux des amies. Vraiment, je me dégoute.

Jeon JeongGuk

    Je commence à l’inquiéter, ça va bientôt sonner et HoSu n’est toujours pas là. Je devrais peut être lui envoyer un SMS. Ah, oui ! C’est vrai ! Du coup, maintenant, j’ai une raison. Je me demande si ça se fait d’envoyer un SMS pour ce genre de chose. Bon. Tant pis. Je me lance. Je vais juste lui demander si ça va.

A : Jeong HoSu
De : Jeon JeongGuk

Ça va ?

    J’observe mon SMS. Il est vraiment court. Trop court. Mais d’un côté, qu’est-ce que je peux lui dire d’autre ? Lui demander si elle est rentrée chez elle ? Non, je suis bête, il y a encore ses affaires. Alors, lui demander si elle est toujours à l’infirmerie ? C’est idiot, où est-ce qu’elle pourrait être d’autre. Je sais déjà qu’elle est à l’infirmerie. Bon… AH ! Je sais ! Je vais lui proposer mes cours. Elle va en avoir besoin vu qu’elle a raté la fin des cours de la matinée. Je complète mon SMS.

A : Jeong HoSu
De : Jeon JeongGuk

Ça va ? Ne t’inquiète pas pour les cours de ce matin, je te photocopierai le mien.

    Je souris, satisfait de mon message. Il est parfait. En plus, il est utile. J’envoie le message et j’attends une réponse.

    Je sursaute, quelqu’un vient de crier. Je lève la tête vers la provenance du bruit et je vois que ce sont les amies de HoSu qui l’accueillent chaleureusement. Celles qui l’accompagnent ont l’air moins enjouées. Bizarrement, ça n’a pas l’air de gêner les deux autres. Hosu, elle, semble… complètement déprimée. Déprimée ? Elle de doit vraiment pas se sentir bien. C’est vraiment étrange, tout à l’heure, elle avait l’air vraiment en forme. La sonnerie annonce le début du cours et elle se dirige vers notre bureau. J’ai l’impression qu’elle évite mon regard… C’est bizarre. Je lui adresse quand même un sourire compatissant.

« Tu vas mieux ? Apparemment, tu étais à l’infirmerie… »

    Bon. Elle ne me répond pas. J’avoue que ce que j’ai dit était assez idiot… et inutile. Elle semble jeter un regarde à ses amies puis elle commence à sortir ses affaires. Le professeur entre dans la salle. Je profite des quelques secondes qu’il reste avant le début du cours pour la rassurer, vu qu’elle n’a peut être pas encore lu mon message.

« Au fait, pour les cours, n-
— Excuse-moi mais tu pourrais arrêter de me parler, s’il te plait ? J’aimerais suivre le cours. »

    Son ton a été tellement froid… Je reste bouche bée à la regarder en train d’ouvrir son cahier et sortir un stylo de sa trousse. La voix du professeur me sort de mes pensées et je soupire avant de suivre le cours moi aussi. J’avoue qu’elle m’a un peu vexé, là, tout de même…

    C’est la fin des cours. HoSu ne m’a pas adressé la parole de l’après-midi. Et là, elle a été la première à sortir. D’habitude, c’est moi, le premier à sortir. Je me dépêche de ranger mes affaires et je sors à mon tour. Par habitude, j’allais dire au revoir à HoSu… mais elle est déjà partie. Sans me dire au revoir d’ailleurs. C’est la première fois…

    Devant le portail, je vois Gim TaeHyeong et Bak JiMin. J’avais complètement oublié qu’ils devaient venir. Alors ils ne m’ont pas menti ? Ils sont vraiment venus ! Je retrouve mon sourire, que je perds aussitôt à l’entente de la question de TaeHyeong.

« Bah… Où est HoSu ?!?
— Elle ne se sentait pas bien, ce matin. Elle a dû rentrer directement…
— Mais vous n’êtes pas dans la même classe ? s’étonne JiMin.
— Si, mais… Je ne sais pas pourquoi, elle a été super distante d’un coup…
— Eh, p’tit lu ! Qu’est ce que tu as fait à ma petite HoSu ?
— … « P’tit lu » ?
— Ouais !
— … A part lui envoyer un SMS, je n’ai rien fait…
— Montre ! »

    Je sors mon portable et JiMin me le prend des mains pour lire le SMS que j’ai envoyé. Tout d’un coup, il éclate de rire et passe le téléphone à TaeHyeong. Lui aussi se met à rire. Je ne comprends pas…

« Aaaah… Mon petit Kookie… Tu ne ais pas t’y prendre avec les femmes !
— … Pardon ?
— Lui parler de cours ! On s’en fout des cours !
— Ah… »

    Mais moi je ne m’en moque pas des cours… Enfin… Alors c’est pour cette raison qu’elle m’en voulait ? Je suis un peu vexé, tout de même. Juste pour ça… Et puis c’est bizarre, ça ne lui ressemble pas.

Jeong HoSeok

YOUHOU !!! Enfin de retour à la maison ! Je me dépêche d’enlever mes chaussures pour monter dans ma chambre. Je pose mon sac en vitesse à côté de mon bureau et je me jette sur le lit. Aaaah… Ça fait du bien… Je suis posé, en étoile de mer, et je regarde le plafond. Allez, je me donne encore quelques minutes avant de m’attaquer aux devoirs.

Je suis donc là, le regard dans le vide, sans rien faire. J’aime bien m’accorder des petits moments comme celui là. Silence complet dans la chambre. Ça repose. Je souffle un grand coup pour apprécier l’instant présent.

Oh… J’entends un bruit. Je ne suis pas seul dans la maison ?!? Oh ! Mais ça doit être HoSu ! Je saute de mon lit pour aller voir ma petite sœur chérie. J’arrive devant sa chambre, j’ouvre la porte et… ELLE PLEURE ?!? Elle pleure en regardant son portable. Elle se tourne vers moi pour me lancer un regard assassin.

« Oppa ! Frappe avant d’entrer !
— Ah… Désolé. Mais pourquoi tu pleures ?
— Pour rien. Laisse moi, s’il te plait.
— Quelqu’un a été méchant avec toi ? Au téléphone ?
— Non… Laisse moi…
— Mais dis moi !
— Non !
— Si !
— Mais laisse-moi tranquille !
— Mais j’ai pas envie de te laisser tranquille alors que je vois que tu vas mal ! Quelqu’un s’en prend à toi ?
— Mais qui t’a dit qu’on s’en prenait à moi ? Arrête d’être parano !
— Alors dis moi ce qui se passe.
— Non !
— Bon bah passe moi ton portable alors.
— Mais ça va pas la tête ?
— Je veux juste m’assurer qu’on ne te fait pas de mal. »

Je lui prends le portable des mains. Elle hurle mais je l’ignore. Je le mets hors de sa portée. Pratique d’avoir une tête de plus. Je regarde l’écran. Il y a un SMS… DE JEON JEONGGUK ??? Putain, s’il a fait du mal à ma sœur, je lui explose la cervelle ! Oh là. Il faut que je me calme, moi. Je lis le SMS.

« … Tu as raté des cours ce matin ? »

Elle s’arrête de hurler et rougit d’un coup. Non… Ne me dites pas que…

« … Tu as séché ?
— Quoi ?!? NON !
— Alors pourquoi tu aurais besoin de ses cours ?
— Pour rien. Laisse-moi tranquille !
— Non !
— Si !
— Non !
— HOSU !!!! »

Oh, la voix de Maman. Qui hurle. Elle a l’air furieuse. Je regarde HoSu. Elle tremble… Mais qu’est ce qui s’est passé à la fin ?!? Maman entre en trombe dans la chambre.

« HOSU ! TU M’EXPLIQUES POURQUOI TU ÉTAIS ABSENTE EN COURS CE MATIN ?
— Maman, calme-toi…
— JEONG HOSEOK !!!! (oups…) SORS DE CETTE CHAMBRE ET MÊLE TOI DE CE QUI TE REGARDE ! »

« Jeong HoSeok »… Bon. Elle est furax. Je lance un dernier regard à HoSu. Elle garde la tête baissée. Je lui chuchote :

« Si tu ne me dis rien, je ne pourrai pas t’aider…
— … Maman t’a dit de sortir, alors sors », réplique-t-elle, glaciale.

Elle me lance un regard plein de colère. Je soupire. Elle est têtue, celle-là, parfois ! Je sors de la chambre en refermant derrière moi. Mais au lieu d’aller dans la mienne de chambre, je reste à côté de la porte pour entendre leur conversation.

« Alors ? Tu m’expliques pourquoi tu as raté deux heures de cours ???
— …
— Réponds, jeune fille !
— …
— Jeong HoSu ! Je te préviens, tu n’arranges vraiment pas ton cas en restant silencieuse !
— …
— En plus, tu as demandé à tes amies de mentir au professeur en leur demandant de lui dire que tu étais à l’infirmerie ?
— Quoi ? Mais c’est faux, je-
— Tu quoi ? Tu faisais quoi ? Tu n’es pas inscrite dans la liste de ceux qui sont passés à l’infirmerie alors tu faisais quoi ?
— …
— Réponds-moi !!!
— …
— HoSu ! Tu étais où durant ces deux heures ? »

HoSu ! Pourquoi tu dis rien ?!? Pfff… Je me demande ce qu’elle a… Elle est louche cette histoire. Depuis quand elle sèche ? C’est pas son genre…

« Bon. Tu refuses de me répondre ? Très bien. Tu es privée de sortie jusqu’à nouvel ordre. Weekend… »

Je n’ai pas le temps d’entendre la suite. Je me précipite dans ma chambre pour éviter que Maman me voie. Hop ! J’ai à peine le temps de fermer la porte de ma chambre que j’entends celle d’HoSu s’ouvrir et se refermer violemment. Je soupire de soulagement. C’était juste ! Pas envie d’être confronté à Maman en mode Terminator… Dire que d’habitude, c’est moi qui la mets dans cet état… C’est vraiment bizarre.

Gim SeokJin

Je soupire. Encore une fois. Ça doit bien faire une heure que je reste bloqué devant cette enveloppe. Celle-ci n’est pas ouverte. Je n’ose pas l’ouvrir. Je pense déjà savoir ce qu’il y a dedans, de toute manière. Cette écriture, je la reconnaîtrais entre mille. C’est son écriture. Aucun doute là-dessus.

Encore un soupir. Je prends la lettre dans mes mains et je relis pour la centième fois le destinataire. Enfin les destinataires. C’est pour nous trois. Tae, Nam et moi. Il faudrait qu’on soit trois à l’ouvrir. A la lire. Mais je n’ose pas en parler aux deux petits. Je ne veux pas gâcher leur soirée. Je ne veux pas gâcher leur bonheur. Ils ont l’air d’aller tellement bien ces derniers temps… Non, je ne peux décidément pas.

J’ai surtout peur de la réaction de NamJun. Ça fait déjà au moins un an qu’on ne l‘a pas vue. On ne peut pas vivre tranquillement ? On est bien, juste tous les trois… Quoi que, j’exagère. TaeHyeong en a peut être besoin…

Je soupire. Encore et toujours. Il va falloir que je leur en parle. Je regarde l’heure : minuit moins quart. Trop tard. Je leur montrerai à un autre moment. Ce n’est pas à cette heure-ci que je vais leur annoncer qu’on a des nouvelles de celle qu’on est sensés appeler « Maman ».

Lien vers la fic

Lien vers le chapitre précédent

Lien vers le chapitre suivant

Publicités

Publié le 7 septembre 2016, dans Happy...?, Mes fanfictions, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :