Avant de te rejoindre : Chap 9 – Père

 

 

 

 

On était devant la grille, Jim, Jung et moi. Tae était en retard et il était injoignable. Donc on  l’attendait tous les trois. Ouais, Jung avait fini par vraiment squatter notre groupe. Pourtant, il s’était fait un super pote dans sa classe. Kim SeokJin. Un redoublant de terminale. Il trainait avec Jeon JeongGuk l’année dernière donc j’avais une image assez négative de lui. Le genre de mec qui couche à droite à gauche. Mais finalement, mis à part avec ses plans cul, il est assez sympa. Lui aussi squattait parfois. Surtout aux soirées. D’ailleurs, il passait presque toutes ses nuits dehors, dans le lit d’une fille différente à chaque fois, au grand désespoir de Hyunnie. Elle ne voulait pas l’avouer mais elle avait craqué sur lui. Après, j’avoue qu’il n’y a rien à redire sur sa gueule. Peut-être des lèvres un peu trop pulpeuses mais bon. Question de gout. Hyunnie adore. Mais je le voyais mal se caser, celui-là. Pire, Hyuna avait du mal à assumer le fait qu’il soit plus jeune. Il avait beau avoir redoublé, il restait plus jeune qu’elle. Moi, je m’en foutais. Question de point de vue.

Bon. Là, on allait être en retard. Et Kim Taehyung arriver en retard, c’était presque surnaturel. Alors on commençait à s’inquiéter avec Jim. Même malade comme un phoque, il venait en cours. Jung avait sport et vu que son prof était un gros sadique, il avait dû y aller. Surtout que SeokJin était arrivé miraculeusement à l’heure ce jour-là. Mais nous, quitte à être en retard, on était restés devant, à l’attendre. Il arriva cinq minutes après la sonnerie, couvert de bleus. Il boitait légèrement et se tenait le ventre.

–          Putain, Tae! Qu’est ce qui s’est passé??? hurla Jimin.

–          J-Je me suis battu.

–          Quoi? Mais contre qui?

–          Mon père…

–          Ton père??? Mais il est taré de t’avoir mis dans cet état!!!

–          Il voulait que j’arrête le lycée. Pour soit disant économiser…

… Et du coup, il s’était énervé. Les études, pour Tae, étaient sa porte de sortie. Il pouvait subir les coups de son père et la passivité de sa mère tant qu’il pouvait étudier et en voir le bout.

–          Mais il était complètement bourré donc je ne pense pas qu’il s’en souviendra. Et puis, au pire, je me chargerai tout seul de payer le lycée. J’ai été con de m’énerver comme ça…

–          Bah! T’as le droit d’être con toi aussi parfois!

Ils se regardèrent en souriant. Moi, j’assistais à la scène en me contenant de débarquer chez lui pour refaire le portrait de son père. Tae rigola un peu mais se crispa rapidement à cause de la douleur.

–          Il faut que tu ailles à l’infirmerie, affirmai-je.

–          Non, ça va aller.

–          Si! Il faut que t’y ailles, insista Jim. T’as vu ton état???

–          C’est bon, je te dis! Et puis, on doit avoir autant de matériel que l’infirmière, voire plus. On ira à la pause. Allez, on y va, on est en retard.

Les cours. Je jetai un coup d’œil à mon portable, on avait plus de dix minutes de retard. Le temps d’y aller, on aurait bien eu quinze minutes de retard. Nous n’étions même pas sûrs d’être acceptés. Du coup, je pris ma décision. Tant pis pour le cours. Je l’attrapai par le bras et malgré ses plaintes, je le forçai à aller vers le toit. Jim, ayant tout de suite compris mes intentions, portait le sac de Tae qu’il lui avait arraché des mains. On arriva tant bien que mal au toit dix minutes plus tard. Jim prit tout de suite le matériel et on se mit à le soigner silencieusement. Au bout d’un moment, Tae prit la parole.

–          Areum, on est en train de sécher, là…

–          Ouais, je sais.

–          Mais le tien, de père…

–          M’en fous. T’es largement plus important pour moi, Tae. En plus, autant qu’il me frappe pour une vraie raison.

Il soupira et murmura un « Moi, je ne m’en fous pas… » Jimin n’osait pas prendre la parole. Quand on s’énervait avec Tae, valait mieux pas. Et là, nous étions clairement à la limite de nous hurler dessus. Tout ce qu’il y avait à faire, c’était d’attendre qu’on se calme.

Une fois les premiers soins administrés, il ne nous restait que dix minutes avant le cours suivant. Jimin proposa de nous prendre un café avec des biscuits, se doutant qu’on n’avait pas déjeuné. Il nous laissa donc juste tous les deux, avec Taehyung. Un silence pesant se faisait ressentir mais aucun de nous deux n’osa prendre la parole. Chacun faisait la gueule à l’autre. Lorsque Jimin revient, aucun de nous deux n’avait parlé ni même bougé. Il soupira avant de nous demander de manger un peu.

 

Au moment de la pause déjeuner, ni Taehyung ni moi n’avions décroché un mot. Jimin avait fini par abandonner l’idée de détendre l’atmosphère en faisant le pitre. On se dirigeait donc silencieusement vers la cantine.

Arrivés sur place, Jung et Seokjin nous rejoignirent.

–          Hé! Ça y est! Notre intello préféré est de ret- Merde! Qu’est ce qui t’es arrivé???

–          Je me suis battu.

–          Toi? Tu t’es battu? Non, sérieux, pourquoi t’es dans cet état?

–          Hoseok, tu devrais le laisser, tenta Jimin.

–          Mais t’as vu son état? Il lui est arrivé quoi?

–          Putain, tu crois quoi, Jung? Qu’on n’est pas capables de voir qu’il est dans un sale état? Tu vois pas qu’il ne veut pas t’en parler? Alors ta gueule, Jung!

Et voilà, je m’étais énervée. J’osai jeter un regard à Tae et il me fit comprendre que ça ne servait à rien de réagir comme ça. Puis, il souffla un grand coup avant de commencer à parler.

–          Laisse, Areum. Il est têtu comme un âne. Et puis, on ne pourra pas lui cacher éternellement.

Il reprit une grande inspiration.

–          Hoseok, je me suis battu avec mon père. Il assez… violent. Disons qu’il boit beaucoup et s’énerve facilement. D’habitude, je ne dis rien donc ça ne va jamais très loin et j’arrive à le cacher mais là… Je me suis énervé donc… Et puis, je n’ai pas vraiment l’habitude de me battre, alors je me suis fait exploser.

Il eut un petit rire nerveux. En face, Jung restait bouche bée. Seokjin, lui, ne bougeait plus et restait silencieux. Taehyung se pencha vers moi et me chuchota quelques mots avant de poser sa tête sur mon épaule.

–          Merci de m’avoir défendu. Mais je ne veux pas que tu te retrouves dans le même état que moi…

En effet, je n’avais jamais séché de ma vie. Je ne savais pas du tout comment mon père allait réagir. Même au niveau du lycée d’ailleurs. Je ne savais pas du tout comment ça allait se passer. Je décidai de ne pas y penser. Cela ne servait à rien. Y penser n’allait rien changer au futur. J’avais pris ma décision quelques heures plus tôt et si ç’avait été à refaire, je l’aurais refait sans hésiter.

Jim me lança un sourire quand il comprit que je m’étais réconciliée avec Tae. A côté, Jung avait toujours la bouche ouverte et SeokJin mangeait en silence.

–          Eh! Jung! Ferme la bouche, une mouche va entrer.

–          Hein? Ah! Rah! T’es bête, Areum…

–          D’où je suis bête? C’est toi le con qui reste la bouche ouverte comme un demeuré!

–          Allez les amoureux, on se calme, maintenant, dit Tae en rigolant.

–          ON N’EST PAS AMOUREUX!

Jung et moi avions crié ça à l’unisson, ce qui provoqua à Jimin un fou rire incontrôlé. Il riait tellement qu’il faillit s’étouffer avec son riz. L’atmosphère s’était détendue et nous recommencions à parler normalement.

 

 

Arrivée devant chez moi, une boule se forma dans mon ventre. J’appréhendais tout de même un peu. Le lycée avait sûrement contacté mon père, suite à mon absence. Il allait sûrement être hors de lui. J’attendais donc un petit moment devant chez moi pour me calmer et réfléchir un peu. « Assumer », mot d’ordre de la maison. J’avais fait mon choix et si j’avais dû me retrouver de nouveau dans la même situation, j’aurais fait le même choix. Je devais donc assumer mes choix et garder la tête haute. J’entrai alors chez moi avec plus d’assurance.

–          Je suis rentrée…

–          Viens dans le salon.

La voix de mon père était horriblement calme. C’était d’autant plus effrayant. J’enlevai ma veste par précaution car je ne voulais pas risquer de l’abîmer, je pris soin de me déchausser puis je posai mon sac dans l’entrée avant d’aller dans le salon comme il me l’avait demandé. Il m’attendait assis sur le canapé, le tuteur dans les mains.

–          Viens là.

J’avançai jusqu’à me retrouver devant lui. J’avais beau être résignée, mon corps trahissait ma peur. Cœur qui accélère, envie de fuir, respiration saccadée. Réaction instinctive face au danger. Bizarrement, je le trouvais comme fatigué. Je n’arrivais pas à décrypter sont état mais il n’était pas comme d’habitude. Il prit une grande inspiration, se leva et leva d’une main le tuteur. Je fermai les yeux par réflexe et sentis une forte brûlure au niveau du bras gauche. Je serrai les poings, les dents, les lèvres, mais ne laissai passer aucun son. Je rouvris les yeux et restai debout devant lui. Il semblait ne pas avoir bougé son bras après m’avoir frappé, comme s’il s’apprêtait à le faire de nouveau. Je le regardai dans les yeux, je ne voulais pas paraître faible.

–          J’ai reçu un appel de ton lycée.

Un nouveau coup. Mon bras droit me brûlait autant que le gauche. Je continuai à le regarder, sans ciller, les dents et les poings de plus en plus serrés.

–          Une absence…

Encore un coup.

–          … non justifiée…

Encore un, mais plus proche de l’épaule, cette fois.

–          … au premier…

Encore…

–          … cours…

Et encore…

–          … de la journée???

Cette fois, le coup fut presque donné de face, la douleur me lançant du haut de l’épaule gauche jusqu’au milieu du ventre. Il avait haussé le ton et moi, je n’avais pas pu retenir un gémissement de douleur. J’avais aussi fermé les yeux.

–          Tu m’expliques???

Je me crispai en attendant un nouveau coup mais il n’arriva pas. J’ouvris les yeux, surprise. Il attendait ma réponse, le tuteur en l’air. J’avais du mal à respirer. On resta quelques secondes, immobiles, à se regarder dans le blanc des yeux. Je pris une bouffée d’air et lui déclarai doucement, d’une voix brisée par la douleur:

–          Je n’ai pas d’excuses.

Nouveau coup. Nouvelle brûlure. Une larme s’échappa.

–          Tu te moques de moi?

–          Non, Papa…

Il allait me frapper mais il s’arrêta dans son geste. Il semblait surpris par ma réponse, comme déstabilisé. Je ne savais pas à quoi il s’attendait, la douleur m’empêchait de réfléchir. Mes larmes continuaient à couler silencieusement, je n’arrivais pas du tout à les contrôler. Nous restâmes une nouvelle fois un moment à nous toiser puis il baissa le bras en laissant un petit soupir passer la barrière de ses lèvres. Je l’avais rarement vu soupirer. Il se laissa tomber sur le canapé, comme lassé. Il agissait vraiment bizarrement.

–          Assieds-toi.

Je m’apprêtai à m’assoir par terre face à lui pour qu’il me frappe comme à son habitude mais il me stoppa.

–          Non. Assieds-toi sur le fauteuil. Je dois te parler.

Surprise, j’obéis. Je commençais à m’inquiéter. Mes larmes se stoppèrent et j’oubliais presque la douleur.

–          Mon père est mort.

Mon cœur rata un battement. Mort? Je me souvenais vaguement l’avoir vu lorsque Maman était encore vivante…

–          Il a fait un AVC. Je pars pour ma ville natale demain matin pour assister aux obsèques. Je serai de retour dimanche. Vu que tu as cours, tu resteras ici… Mais ne fais pas l’école buissonnière… S’il te plaît…

Sa voix tremblait. Pour la première fois depuis des années, je ressentais de la compassion pour mon père. Et puis, il m’avait dit « s’il te plaît »… J’étais tellement surprise qu’aucune parole ne sortit de ma bouche. J’attendais comme une suite mais il ne prononça plus un mot. Il semblait vraiment bouleversé.

Au bout d’un temps que je ne saurais évaluer, il se leva et partit dans sa chambre, me laissant seule dans le salon, encore choquée par la nouvelle mais surtout par son comportement.

 

Lien vers la fic

Lien vers le chapitre précédent

Lien vers le chapitre suivant

 

 

Publicités

Publié le 29 mars 2016, dans Avant de te rejoindre, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :