Avant de te rejoindre: Chap 5 – Alcool

 

En troisième, ma réputation était faite. Plus personne n’osait m’approcher. Plus personne ne m’embêtait. Donc j’étais plutôt tranquille, au collège. En revanche, je n’étais plus aussi docile. Je n’acceptais plus aussi facilement toutes les demandes de mon père. Je répondais, je m’énervais, mais je ne lui renvoyais pas les coups qu’il me portait. J’aurais pu. J’avais fini par devenir assez forte, physiquement parlant. Jim avait été un bon professeur. Mais je ne pouvais pas me résoudre à le frapper. Il m’arrivait d’esquiver ou de retenir ses coups mais je ne lui rendais pas. Cela se bornait à une défense passive. J’avais envie de le frapper mais j’avais un blocage. Sûrement le même que Tae à propos de ses parents, vu qu’il restait tout de même mon « père ». Ou un blocage du même genre…

En tout cas, même si Jim et Tae étaient contre, je me mis à sortir. Sortir pour évacuer toute cette haine que j’avais en moi. Lors d’une de mes sorties, quelqu’un me bouscula. Cette personne ne regardait pas devant elle lorsqu’elle marchait donc m’était rentrée dedans. C’était un garçon, plutôt grand, qui devait être un peu plus âgé que moi. Sa tignasse décolorée me prouvait qu’il ne devait pas être quelqu’un de tout sage. Il devait être en train de regarder son portable car celui-ci tomba par terre, ce qui lui arracha un juron.

–               PUTAIN ! MON TELEPHONE !!!

–               Quoi ? T’as qu’à regarder devant toi quand tu marches.

–               Eh la gamine, on va se calmer tout de suite !

–               Pourquoi ? Tu veux te battre ?

C’était plutôt moi qui voulais me battre. J’avais besoin de me défouler et cette personne était arrivée pile poil au bon moment, ou au mauvais selon le point de vue.

–               Ola ! Calme toi, la gamine ! Qui a dit que je voulais me battre ? Et puis, t’as quel âge ?

–               En quoi mon âge est important ? Et puis pourquoi je te donnerais mon âge ?

–               Parce que je veux savoir si tu as les moyens de payer les réparations de mon portable si jamais il est cassé.

–               Mais c’est toi qui m’es rentré dedans !

–               Ça, c’est toi qui le dis ! Bon. Tu me laisses ramasser mon portable pour vérifier s’il est intact ?

Il n’attendit pas ma réponse et se baissa pour ramasser les morceaux un par un. Je le regardais, choquée par son comportement. Il faut savoir que j’avais fini par prendre un peu la grosse tête car les gens me respectaient, ou plutôt me craignaient. Lui, semblait s’en moquer complètement. Du coup, il me déstabilisait. Il se releva et remis sa batterie en place et tenta d’allumer son portable. Celui-ci s’alluma et il parut soulagé.

–               Ah ! Génial ! s’exclama-il.

–               …

–               Bon, du coup, t’as quel âge ?

–               Pourquoi tu veux absolument savoir mon âge ?

–               Je ne sais pas, comme ça. Il est tard et t’as l’air jeune. Donc je me demande ce que fais une gamine dehors à plus de minuit.

–               Qu’est-ce que t’en as à foutre que je sois dehors à cette heure ? Et puis, je ne te connais pas, d’abord !

–               Kim Namjoon, dix-sept ans, ravi de faire ta connaissance, petite sauvage, déclara-t-il en faisant une révérence plus qu’exagérée.

–               Tsss… Ridicule.

J’allais partir quand il m’attrapa la main.

–               Hey, pars pas ! Tu vas où, comme ça ?

–               Qu’est-ce que t’en as à battre ? Et puis toi aussi, tu es mineur, alors qu’est-ce que tu fiches dehors ?

–               Haha ! Donc tu es mineure. J’avais raison, t’es encore une gamine !

–               M-Mais…

–               Bref ! Moi aussi, j’ai besoin de sortir. Je pense que je ne suis pas le seul à avoir besoin de me changer les idées, non ?

–               …

–               Bon ! Pour me faire pardonner de t’avoir accusé d’avoir fait tomber mon portable, je t’offre un verre. Tu viens ?

–               Mais… On est encore mineurs… L’alcool, c’est interdit pour…

–               Haha ! Tu vas pas me dire que tes parents de donnent le droit d’être dehors à cette heure ! Alors me parle pas d’interdiction ! T’as jamais bu ?

–               … Non…

–               C’est super bon, tu verras ! Et puis ça change les idées.

Ce gars me déboussolait complètement. Il n’attendit même pas ma réponse pour me traîner vers un endroit qu’il semblait bien connaître. On entra dans une boîte remplie de jeunes. J’étais sûre que la majorité des gens n’étaient pas majeures. Il salua le videur qui nous laissa entrer. Je n’avais pas peur. Je savais me défendre. J’étais sûre de moi. Il me tira jusqu’au bar et commanda pour moi. Une fois nos verres servis, il m’en donna un, prit le sien et me fit signe de le suivre jusqu’à un coin plus calme avec des canapés. La musique était assourdissante, je n’étais pas habituée. Je goutai ma boisson. Elle était très sucrée mais me brulait la gorge. Je toussai, pas habituée à cette sensation de brûlure.

–               Haha ! C’est toujours comme ça, la première fois ! Mais je t’ai pris un truc assez fort, je l’avoue. Tu aimes ?

–               … C’est bon, mais ça pique…

–               Haha ! T’es marrante ! Tu veux bien te présenter, du coup, ou je continue à t’appeler « gamine » ?

–               Pff… Areum.

–               Hein ?

–               Je m’appelle Areum, débile. Lee Areum.

–               Oh ! Joli prénom ! Et t’as quel âge ? demanda-t-il en ignorant mon insulte.

–               Quatorze ans.

–               Haha ! J’avais raison, t’es une gamine !

–               Te moque pas, le menaçai-je.

–               Mais, non, mais non. Allez, bois.

Je bus une autre gorgée. Ça piquait moins. C’était bon. Très bon. Ma tête commençait à tourner.

–               T’es en quelle classe ?

–               Troisième. Et toi ?

–               Première, j’ai redoublé. C’est marrant, t’es plutôt masculine pour une gamine de collège. D’habitude, elles ressemblent de plus en plus à des putes de nos jours.

–               … Et elles agissent comme telles.

–               Ouais. Mais tu sais, ça t’empêche pas d’être plus féminine.

–               J’ai pas envie.

–               Comme tu veux. Mais ça ne te ferait pas de mal.

–               JE TE DIS QUE JE NE VEUX PAS !!!

–               Ola ! Mais du calme gam- euh… Areum !!!

Je m’étais levée brusquement. Je me surprenais moi-même. Je ne comprenais pas pourquoi je m’énervais pour un rien. D’après lui, c’était à cause des hormones. J’atteignais un âge où on commençait à être intimidé par le sexe opposé – ou par le sexe qui nous attire en tout cas – . C’est vrai que Nam est beau. Mais je ne le croyais pas. Moi ? Agir comme ces petites idiotes en chaleur ? Jamais ! Je ne pouvais pas accepter ça. J’avais les joues qui chauffaient, sûrement à cause de l’alcool. Gênée par mon comportement, je me rassis, honteuse. J’expérimentais des émotions que j’avais perdues depuis des années. La gêne, la honte, c’étaient des sentiments que j’avais presque oubliés.

–               Haha ! T’es mignonne !

–               Hein ? M-mignonne ?

–               Oui, mignonne !

Encore plus gênée, je lui mis un coup de poing dans le ventre, ce qui le fit encore plus rire. Il attrapa mon verre sur la table et me le tendis.

–               Allez, bois ! C’est génial, tu verras, ça va te détendre !

–               Boire ça rend saoul.

–               Et alors ? C’est ça qui est bon ! Et puis, tu aimes bien ce cocktail, non ?

–               Mouais.

–               Ou bien c’est que tu as peur ?

–               Mais non !!!

Vexée, j’attrapais mon verre et le bus cul-sec. Je faillis recracher tout d’un coup mais j’avais trop de fierté pour ça. Il éclata de rire. En effet, j’avais agi exactement comme il le voulait. Le problème était que c’était la première fois que je buvais de l’alcool alors je ne me rendais compte de rien. Heureusement, il n’avait pas d’arrières pensées. Parce que même si, à l’époque, j’étais très sûre de moi, je ne tenais pas encore bien l’alcool et je n’aurais pas pu me défendre. Plus tard, il m’avait avoué que ce soir-là, il avait découvert que sa copine le trompait. C’était pour ça qu’il avait besoin de se changer les idées. Pas qu’il était amoureux, non. Plutôt que c’est toujours énervant de savoir qu’on a été trahi. Donc il voulait juste changer d’air, changer de fréquentations, changer de têtes.

L’alcool m’étant monté à la tête, j’étais plus détendue. J’avais la tête qui tournait, certes, mais je me sentais comme ayant un poids en moins. Pour la première fois depuis longtemps, je me laissais aller avec quelqu’un d’autre que Jim ou Tae. Je riais, je m’énervais, je m’étais même surprise à danser. Namjoon avait réussi à passer mes barrières par je ne sais quel moyen.

 

 

 

Nam était quelqu’un qui sortait beaucoup. Alors je me suis mise à traîner avec lui, le soir. Au moins je n’étais pas en train de chercher les ennuis à droite à gauche. C’est avec lui que j’ai commencé à boire puis à fumer. Certains pourront dire qu’il avait une mauvaise influence sur moi, mais je ne suis pas d’accord. Il avait réussi à me canaliser. Jim et Tae me canalisaient le jour, Nam me canalisait la nuit. Nam m’avait présenté à ses potes. Il y avait des filles et des garçons. J’étais la plus jeune. Au début, je me méfiais, mais au final, nous étions tous un peu perdus, nous avions tous besoin de nous changer les idées, ce canaliser notre haine. Alors je me suis rapprochée de certains d’entre eux. C’est comme ça que j’ai connu celle que je pourrais considérer comme étant ma meilleure amie : Kim Hyuna. C’est la grande sœur de Nam. Elle n’a qu’un an de différence avec lui alors ils sont super proches. En fait, c’est plutôt quelqu’un que je considère comme étant la grande sœur que je n’ai jamais eue. Elle est complètement folle. Elle était violente, rebelle, avait un caractère assez difficile, mais s’était attachée à moi. La première fois qu’elle m’avait vue, elle m’avait traitée de « gosse ». Je m’étais énervée et je crois que c’est ça qui lui avait plu. Elle m’avait dit « finalement, je t’aime bien » et très vite, avait commencé à me chouchouter. D’après Nam, c’était le coup de foudre, si on peut appeler ça un coup de foudre… Il m’avait avoué qu’il ne l’avait jamais vue comme ça. Mais au final, je me suis aussi vite attachée à elle. Une personne de plus qui avait réussi à passer mes barrières.

Tae et Jim n’étaient pas très pour le fait que je sorte tout le temps comme ça. Mais à la fin, ils avaient fini par intégrer le groupe vers le milieu, en seconde. A force de sortir et de côtoyer plus de filles et surtout Hyuna, j’étais devenue plus féminine. Elle passait son temps à vouloir me rendre plus attirante et à force, je finis par céder, petit à petit. Mais je ne laissais toujours pas les gens m’approcher. Je restais avec eux quatre et c’est tout. Je ne voulais personne d’autre. Même certaines personnes de leur groupe d’amis n’osaient pas trop m’approcher. Mais je dois avouer que cela me faisait du bien de me sentir aimée et de pouvoir sourire. Je passais de moins en moins de temps chez moi. Mon père le savait. Il me punissait à chaque fois. Pourtant, il ne m’a jamais mise dehors. Il devait avoir un blocage. Comme moi j’en avais un sur le fait de le frapper. Il devait y avoir un reste de relation père/fille présent dans le fin fond de nos cerveaux.

 

Lien vers la fic

Lien vers le chapitre précédent

Lien vers le chapitre suivant 

 

Publicités

Publié le 7 mars 2016, dans Avant de te rejoindre, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :