Avant de te rejoindre: Chap 4 – Défense

Le lundi matin, en revenant en cours, Taehyung et Jimin s’étaient jetés sur moi. Nous étions tous les trois dans la même classe, cette année-là.

–               Areum !!! Ça va ? avait demandé Jimin, inquiet.

–               Oui, oui.

–               Pourquoi est-ce que tu n’as pas répondu à nos messages ! On était inquiets !

–               Désolée…

Non, je ne leur avais pas répondu. Ils me demandaient ce qui m’avait pris, ils cherchaient un coupable. Mais je ne voulais pas qu’ils s’attirent des problèmes. Jimin était assez impulsif alors il valait mieux ne rien lui dire. Et je ne voulais pas faire de différence entre Tae et Jim. Pendant que Jimin continuait à me harceler de questions sur ce qui s’était passé, Tae, lui, restait à part. Il me fixait silencieusement. J’avais l’impression qu’il essayait de me sonder. Quand Jimin fut calmé, il vint simplement vers moi et prit la parole à son tour.

–               Areum, ça a été avec ton père ?

–               Oui, oui, répondis-je en baissant la tête, honteuse de lui mentir.

–               Ah oui ! Ton père !  Il a dit quoi ? Enfin, il a fait quoi ? demanda Jimin.

–               Euh, ben… Comme d’hab’, quoi.

–               Nan mais parce que ton père, il est taré ! Il est encore pire que celui de Tae !!!

–               Jimin ! lui reprocha Taehyung.

–               Ah… Désolé…

Oui, ils savaient. Ils savaient que mon père était violent et extrêmement sévère. Ils l’ont assez vite découvert. Enfin, c’était Taehyung qui l’avait découvert. Lui aussi se fait frapper. Mais nous ne sommes pas dans le même cas. Son père, à lui, est alcoolique et il bat sa famille. Oui, jusqu’à maintenant. Mais il ne veut pas le dénoncer car sa mère s’obstine à aimer son agresseur. Du coup, ça n’a pas été trop difficile pour lui de se rendre compte que moi aussi j’étais battue. Il connaissait tous les trucs pour le cacher.

Jimin était gêné d’avoir touché un sujet sensible et se tût. Taehyung s’était approché de moi et m’avait doucement frappé l’épaule. Je n’avais pas réussi retenir un petit gémissement de douleur. Mes plaies étaient loin d’être toutes refermées et elles me faisaient déjà mal sans même qu’on y touche. Il poussa un soupir, ayant la confirmation sur ses doutes.

–               Ça ne va pas. Tu devrais te soigner, dit-il simplement.

–               … Comment t’as su ?

–               D’habitude, tu portes ton sac sur ton épaule. Là, tu le portais à la main. Et puis, je me doutais que ton père n’allait pas réagir « comme d’hab’ » alors que « d’habitude » tu ne fais rien de mal.

Je ne savais pas quoi répondre. Au final, il n’y avait rien à répondre. Je soupirai à mon tour. Jim, lui, ne savait pas quoi faire. Il était juste furieux mais se taisait. Il ne savait jamais comment réagir face à nos blessures à Tae et moi. Je le comprenais, il n’y avait rien à faire, de toute manière. Quoi que, le mieux à faire était de soigner mes plaies, comme l’avait suggéré Tae.

A la pause, Tae et Jim m’avaient emmené à part pour pouvoir me mettre des bandages. Je n’avais aucune gêne avec eux. Et eux n’en avaient pas non plus avec moi. On était devenus comme une famille. Ils m’avaient acceptée dans leur famille. C’étaient mes meilleurs amis, mais aussi mes frères. Alors nous étions allés dans un local qui normalement était fermé, mais on avait découvert un moyen d’y accéder par les voies à emprunter en cas d’incendie. J’enlevai ma veste et mon haut d’uniforme. Puis, ils m’aidèrent à enlever le haut que j’avais mis en dessous de mon uniforme pour  le protéger des tâches de sang. En voyant mes plaies, Jim avait lâché un hoquet de surprise puis avait lancé quelques insultes à l’intention de mon père. Tae, lui, avait juste soupiré d’exaspération, une fois de plus. Cette scène se produisait et se reproduisait tellement souvent avec Taehyung ou moi à la place du blessé, mais Jimin ne pouvait s’empêcher de maudire tous ceux qui nous faisaient du mal.  Cela faisait partie de sa personnalité et nous l’acceptions tel qu’il était. Il était sincère et vrai. Et on l’aimait comme ça.

 

Le problème survint à la fin des cours. J’allais rentrer chez moi quand un élève me pris brusquement par la main et me tira jusqu’à un coin pas très fréquenté de la cours du collège. Il me plaqua contre le mur, ce qui m’arracha une plainte. On m’avait pansé mes blessures, certes, mais j’avais encore mal. Je lançais un regard assassin au garçon. Lui, me regardait avec un air dégouté. Il avait une tête de gamin mais était plutôt grand. Je n’arrivais donc pas à déterminer son âge. Ça m’énervait.

–               Qu’est-ce que tu me veux ? demandai-je énervée.

–               D’où est-ce que tu oses gifler Park Mina comme ça ?

–               Park Mina ?

–               Oui ! La fille que tu as giflée la semaine dernière !

–               C’est elle qui a commencé à me chercher des merdes. Et puis, t’es qui, d’abord ?

–               Je suis Jeon Jungkook, son copain.

–               Et ?

–               Et je suis là pour la venger !

–               Ah.

–               Quoi, « ah » ? Je suis sérieux !

–               OK.

–               Quoi « OK » ? Putain, tu fais chier !

–               *soupir*

–               PUTAIN !!! MAIS ARRÊTE DE TE FOUTRE DE MA GUEULE !!!

Il leva la main et me mis une gifle. Je n’avais pas bougé. J’avais juste encaissé. Je n’avais émis aucune plainte ni rien. Il paraissait déboussolé.

–               Mais pourquoi tu ne réagis pas ? C’est quoi ton problème, sérieux ?

Je le regardais sans répondre. Il était désespéré par mon comportement. Je finis par me demander comment il aurait aimé que je réagisse.

–               Tu aurais aimé que je réagisse comment? Que je pleure? Que je te supplie de ne pas me frapper? Que je te frappe?

–               …

–               Je ne pleurerai pas. Je ne te supplierai pas. Mais si tu veux, je peux te frapper.

–               Il me regarda étonné pendant quelques secondes, puis éclata de rire.

–               Me frapper? T’es sérieuse? Me fais pas rire! T’es une fille! Tu ne fais pas le poids! En plus qu’est-ce qu’une intello pourrait faire? Sérieux, t’étonne pas qu’on se moque de toi si tu sors des conneries comme ça!

Je l’observai. Il me dégoutait. Encore une de ces personnes à rester sur les préjugés. Je paraissais faible à ses yeux? Alors j’allais lui montrer que je n’étais pas si fragile.

Je soufflai un bon coup avant de lui mettre un coup de poing dans le ventre. Mais mon coup n’arriva pas à destination. Il l’évita sans difficulté et me bloqua le bras dans le dos. Ça faisait mal. Encore plus mal que lorsqu’il m’avait plaquée contre le mur. Je me retenais du mieux que je le pouvais pour ne pas crier. J’essayai de me défaire de sa prise mais plus je me débattais, moins j’y arrivais. En plus, mes blessures n’aidaient pas. Je l’entendis ricaner.

 

–               Arrête de bouger, ça te fera encore plus mal. Tu sais, je fais du taekwondo depuis mes six ans donc t’arriveras pas à me frapper aussi facilement!

–               … Lâche-moi!

–               Oh non, ma petite! Il faut que je te fasse comprendre que j’ai une réputation à tenir.

 

Il me plaqua contre le mur et commença à balader ses mains sur mon corps. Il me répugnait de plus en plus. On ne m’avait jamais touché. Je n’avais pas encore ressenti une quelconque attirance sexuelle envers quelqu’un alors ses mains baladeuses me dégoutaient au plus haut point. Mes larmes menaçaient de couler.

 

–               Arrête!!!

–               Pourquoi? Tu devrais être heureuse que quelqu’un d’aussi populaire que moi te touche.

–               Je ne te connais même pas!

–               Pff… T’es vraiment à côté de la plaque. Tu vis dans quel monde? Je suis une des personnes les plus populaires de ce collège, toutes les filles veulent sortir avec moi et toi, tu dis ne pas me connaitre? En plus t’es plutôt pas mal foutue! Je comprends pas les meufs coincées du cul comme toi qui ne font pas attention à leur apparence. Si tu prenais un petit peu plus soin de toi, tu pourrais presque être attirante, me chuchota-t-il dans l’oreille.

 

Je hurlai de dégout et de frustration. Je me sentais faible. Horriblement faible. Je me faisais pitié. Je ne pouvais même pas me défendre. Mes larmes commençaient à couler. Il ricana puis se décida à me lâcher, satisfait. A bout de force, je me laissais tomber au sol.

 

–               Voilà. J’ai sauvé ma réputation. C’est pas contre toi, hein. Mais ce serait donner une mauvaise image de moi de ne pas venger un minimum ma copine. Estime-toi chanceuse que quelqu’un d’aussi demandé que moi t’aie accordé un peu de son temps!

 

Il rigola encore et parti en me laissant pleurer au sol. Je le maudissais, je maudissais la terre entière, mais surtout je me haïssais d’être aussi faible. J’étais pitoyable. Mes larmes ne cessaient de couler, elles avaient un gout amer…

 

 

 

Le lendemain, je décidai de réagir. J’allai voir Jimin pour lui demander à m’apprendre à me défendre.

–               Hein? Te défendre? Mais contre qui? Contre ton père ?

–               Non, contre tous ceux qui me feraient chier.

–               Mais dis-moi juste qui te fait chier et je le défonce!

–               Non, je veux le faire moi-même.

–               …

–               Tu fais du taekwondo non?

–               Oui, mais…

–               Apprends-moi s’il te plait. Et dis-moi comment je peux devenir plus forte physiquement.

–               Mais t’es une fille, il ne faut pas que tu sois trop musclée ! C’est moche, après…

–               Depuis quand je me soucie de ça ? Je veux juste pouvoir me défende !

–               Mmmh… Mais je ne veux pas que tu regrettes après… Et puis tu ne vas pas avoir des problèmes ? s’inquieta-t-il.

–               Jimin ! S’il te plait, insistai-je.

–               … Ok.

–               Merci !

Je sautai dans ses bras. Oui, j’étais devenue plus tactile depuis que je les connaissais. Mais uniquement avec eux. Je restais froide envers le reste du monde. Il m’enlaça en faisant attention à ne pas appuyer sur mes blessures.

 

 

À partir de ce moment, je commençai à apprendre à me défendre, puis à me battre. Lorsque Jimin m’entraînait, Taehyung étudiait. C’était sa manière à lui de s’en sortir. Il considérait que la seule solution pour lui face au chaos omniprésent dans sa famille, c’était de réussir dans les études pour se détacher complètement de sa famille. Je le respectais beaucoup. Jimin, lui, avait des facilités. Il avait beau passer son temps à nous embêter, à faire des activités ou à sortir, il restait bien classé. Mais il restait modeste. Sa famille avait beau être très aisée, il ne s’en vantait jamais. Il ne partait pas dans l’excès. Il voulait se faire une identité. Ne pas être le fils de la famille Park mais être Park Jimin. Donc lui aussi, je le respectais.

Chez moi, lorsque j’avais fini tout ce que je devais faire, je m’entraînais seule. Je ne voulais plus me retrouver impuissante. A cette époque, je voulais juste sortir de cet état pitoyable. Je restais sage, sérieuse, obéissante. Je continuais à tenter d’atteindre la perfection. En revanche, si quelqu’un m’énervait, j’arrivais de mieux en mieux à me défendre, voire à attaquer. Je prenais un plaisir malsain à me défouler sur mes adversaires. Mon père me punissait toujours mais j’acceptais sans broncher. Cela faisait toujours mal mais au moins, on avait fini par me craindre. On ne m’embêtait plus. J’étais tranquille. Mais ça ne dura pas. J’avais trop de frustration pour rester sage.

 

Lien vers la fic

Lien vers le chapitre précédent

Lien vers le chapitre suivant 

 

 

Publicités

Publié le 28 janvier 2016, dans Avant de te rejoindre, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :